LA CONQUETE DE PLASSANS

EMILE ZOLA

61ph1rSxq9L

Il détachait son cheval, dont il avait noué les guides à une persienne lorsque l’abbé Faujas, qui rentrait, passa au milieu du groupe avec un léger salut. On eût dit une ombre noire filant sans bruit. Félicité se tourna lentement, le poursuivit du regard jusque dans l’escalier, n’ayant pas eu le temps de le dévisager. Macquart muet de surprise hochait la tête murmurant : « Comment mon garçon, tu loges des curés chez toi maintenant ? et il a un oeil singulier cet homme. Prends garde, les soutanes ça porte malheur !! »

Lire la suite