LA VIE REVEE DES CHAUSSETTES ORPHELINES

MARIE VAREILLE

41eUb0vOc4L._SX195_

En apparence, Alice va très bien (ou presque). En réalité, elle ne dort pus sans somnifères, souffre de troubles obsessionnels compulsifs et collectionne les crises d’angoisse à l’idée que le drame qu’elle a si profondément enfoui quelques années plus tôt refasse surface.

Américaine fraîchement débarquée à Paris, elle n’a qu’un objectif : repartir à zéro et se reconstruire. Elle accepte alors de travailler dans une start-up, dirigée par un jeune PDG fantasque dont le projet se révèle pour le moins… étonnant : il veut réunir les chaussettes dépareillées de par le monde. La jeune femme ne s’en doute pas encore, mais les rencontres qu’elle va faire dans cette ville inconnue vont bouleverser sa vie.

Devenue experte dans l’art de mettre des barrières entre elle et les autres, jusqu’à quand Alice arrivera-t’elle à dissimuler son passé ?

*************************

Réunir des chaussettes qui ont été dépareillées mais quelle idée saugrenue !! Que peut-on bien trouver d’intéressant à dire sur une chaussette qui ne retrouve pas son double ? C’est la première question que je me suis posée et à la lecture du livre de Marie Vareille j’ai eu ma réponse.

Alice est l’aînée de la fratrie,  celle qu’on a tant attendu et qu’on vénère quoi qu’il arrive. Scarlet est la seconde, l’accident qui arrive avant le retour de couches et celle à qui on fait porter le poids d’une absence, celle du père qui est parti un beau matin pour ne jamais revenir.

Scarlet est invisible pour sa mère, alors elle sort du moule, fait de vaines tentatives pour attirer son attention mais c’est peine perdue. Heureusement, Alice est là, c’est la grande soeur qui réconforte, qui conseille, qui écoute.

L’enfance s’écoule doucement dans cet état de Rhode Island où leur mère originaire de France a étudié et n’est jamais repartie. Les deux soeurs sont différentes de caractère mais se ressemblent beaucoup physiquement.

Un drame pousse Alice à quitter les USA, elle débarque à Paris où elle ne connaît personne, elle veut tout recommencer et surtout oublier, mais ses insomnies, ses crises de panique et autres problèmes psychiques lui rappellent sans cesse qu’elle doit vivre avec le poids d’un lourd secret.

Alice a érigé des barrières autour d’elle, elle les qualifie de barbelés, pas facile dans ses conditions de s’ouvrir sur l’extérieur, de trouver un emploi, de se faire des amis et surtout de reprendre confiance en soi et de laisser les autres entrer dans sa vie.

Elle trouve un emploi dans une start-up un peu farfelue, le jeune PDG veut réunir les chaussettes dépareillées dans le monde entier, pour se faire, il met au point une application spécifique qui devrait les rendre tous millionnaires.

Elle va devoir apprendre à lâcher prise, à contrôler ses crises de panique et à s’ouvrir aux autres, ses collègues de travail, et aussi Saranya, une fille extravagante et extravertie qui est aux antipodes du caractère d’Alice.

J’aime beaucoup cette histoire qui se déroule entre le présent et le passé qu’Alice nous fait découvrir par un journal intime qu’elle a baptisé Bruce Willis. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant et j’ai trouvé le livre très addictif. J’ai adoré visiter le passé d’Alice, ses moments avec sa soeur Cadette, -la fameuse Scarlet qu’on a tout de suite envie de protéger parce qu’elle est malmenée par sa mère-. Je suis passée par des sentiments contradictoires et c’est ce qui fait le charme du livre. On s’insurge, on est triste puis on finit par retrouver le sourire.

Plus l’histoire avance plus on se dit qu’il y a quelque chose de lourd, d’incroyable et de pesant. A aucun moment on ne peut imaginer le drame, l’inimaginable, celui qui chamboule toute une vie et pas seulement celle d’Alice.

Quand j’ai commencé à réaliser, l’étonnement fût total et c’est ce que j’aime dans une histoire, le suspense et la surprise, l’auteure nous emmène là où on ne se doute pas du tout, elle le fait très adroitement.

Il y a de l’humour, de l’amour aussi et pas seulement l’amour fraternel entre les deux soeurs, Alice n’a t’elle pas le droit au bonheur ?

Et il y a ces fameuses chaussettes en toile de fond. Peut-être qu’Alice est elle aussi une sorte de chaussette dépareillée et orpheline qui cherche éperdument à retrouver sa moitié ?

Merci Marie Vareille, pour ce beau livre tout doux, un livre coup de coeur en ce qui me concerne.

EDITIONS : CHARLESTON –  ISBN  9 782368 124727 – 2019 – 396 pages 

 

 

2 réflexions sur “LA VIE REVEE DES CHAUSSETTES ORPHELINES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s