LE DON D’ASHER LEV

CHAIM POTOK

unnamed (1)Asher Lev, juif orthodoxe de la communauté hassidique de Brooklyn est devenu, contre toute attente, un peintre de renommée internationale. En France où il habite depuis 20 ans, il vit partagé entre sa foi hassidique et la création artistique. A Brooklyn, son attitude est toujours considérée comme « incompréhensible » et « aberrante ».

A la mort de l’un de ses oncles, il doit, avec sa femme et ses deux enfants retourner dans sa famille. Ce retour au pays s’accompagne, pour Asher Lev d’une étrange impression de perte de son libre arbitre. Des événements inattendus vont remettre en cause son choix et menacer de prolonger à l’infini son séjour en lui imposant de trancher entre le sacré et le profane. Cette décision sera lourde de conséquences, non seulement sur le plan personnel mais également pour la communauté Ladovérienne, l’intégrité de sa famille et surtout -et c’est le plus douloureux- le destin de son jeune fils.

Enfin la suite de « je m’appelle Asher Lev » livre que j’avais beaucoup aimé, j’attendais avec impatience de connaître l’évolution de l’artiste, ralenti dans l’exercice de son art à cause du poids de la religion et de la communauté Hassidique à laquelle il appartient. A la fin du premier livre, il s’exilait à Paris pour s’adonner librement à sa peinture.

Loin de la communauté Ladoverienne de Brooklyn qui l’étouffe, Asher Lev s’épanouit et laisse libre court à son art. Il épouse Deborah qui lui donne deux enfants, l’aînée Rachel (Rocheleh) et Abraham (Avrumel).  Ils finissent par s’installer à St Paul de Vence,  dans le Sud de la France, parce que Rachel est asthmatique.

Asher Lev fait désormais partie des grands peintres internationaux, ses tableaux se vendent bien et tout le monde reconnaît son art si particulier. Il est indéniable qu’il a reçu un don, il est capable de reproduire des scènes sans modèle, juste avec sa mémoire et parfois, lorsqu’il peint, quelque chose semble tenir sa main sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Quelle est cette force étrange qui le guide ?

Il n’est pas retourné dans son quartier de Brooklyn, il n’y est pas le bienvenu à cause de certains de ses tableaux qui choquent une partie des membres de la communauté. Les rapports avec son père, -bras droit du Rebbe-  sont compliqués, Asher Lev ne rentre pas dans le moule, son père avait d’autres desseins pour lui.

Le décès de son oncle Ytzchak l’oblige à revenir et le séjour qui ne devait durer qu’une semaine va, -malheureusement pour Asher-, s’éterniser. Ses parents veulent profiter de leurs petits enfants, Deborah qui n’a plus ses parents -ils ont été déportés et tués- trouve dans les parents d’Asher une nouvelle famille et se lie très vite avec sa belle mère.  Les enfants apprécient la communauté Ladoverienne et le quartier de Brooklyn, s’y  font des amis, Abraham et le père d’Asher entament une relation très fusionnelle, Abraham semble fasciné par le Rebbe, tout le monde finit par trouver sa place, mais….. Asher dans tout ça ?

Asher subit, il ne se sent pas bien dans cet endroit, il ne s’y est jamais senti à sa place. Il doit faire face à la communauté qui ne le considère pas comme l’un des leurs, pire, il est taxé de complicité avec le « Sitra Ahra » (forces maléfiques) et ses cousins, les fils d’Ytzchak,  finissent par lui tourner le dos quand ils apprennent que c’est Asher qui hérite de toute la collection de tableaux de leur père.

Asher Lev est dans une impasse, rentrer de suite en France et reprendre le cours de sa vie ou composer avec les désirs de ses parents, et quand le Rebbe s’en mêle tout devient alors plus compliqué. Le rebbe c’est le grand maître de la communauté Hassidique, c’est lui qui décide, les familles le consultent quand ils ont des décisions à prendre et quand le Rebbe donne sa bénédiction, tout est considéré comme acquis.

Que va faire Asher Lev, il est de nouveau dans le tourment et tout le monde semble se liguer contre lui, jusqu’à son épouse et ses enfants. Le Rebbe va se montrer redoutable tout en ayant l’air de ne rien imposer et manque de chance, Asher ne semble plus avoir aucune inspiration pour peindre.

Quelle suite merveilleuse, Asher Lev m’avait enchantée dans le premier livre, je le retrouve dans le second avec le même engouement. Je souffrirai presque pour lui tellement on lui en demande, certaines actions semblent si difficiles pour moi et tellement incompréhensibles.  C’est un bon pratiquant, mais pas assez cependant aux yeux de la communauté et de son père qui ne le comprend toujours pas parce que pour lui, l’art d’Asher est impur, c’est de la frivolité, il profane les valeurs du Judaïsme.

Asher s’est éloigné du droit chemin, il a pris des directions qui ne sont pas en adéquation avec la communauté Hassidique, pour certains c’est un profanateur et son père, aidé par le Rebbe, va  tenter de le remettre dans la bonne direction, dans la direction du mouvement hassidique,  afin de  préparer l’avenir, mais l’avenir de qui ?

Le Rebbe qui n’est plus tout jeune prépare sa succession, il est habile, il ne dit jamais les choses clairement, il les insinue, donne des pistes et sème de ci, de là, des devinettes qui ont bien sûr une explication hautement spirituelle. Asher Lev n’est dupe de rien, il a pourtant des choix douloureux à faire qui le touchent au plus profond de lui même et il le comprend très vite.

Je finis par être oppressée en poursuivant la lecture parce que j’ai peur de comprendre la suite,  qu’Asher Lev ne puisse se soustraire des obligations communautaires et de la puissance du Rebbe,  qu’il soit trop ébranlé émotionnellement pour faire des choix qui lui ressemblent, et toujours ce poids et ces obligations de la communauté Hassidique,  je suis tout simplement effrayée à l’idée qu’il puisse quelque part se sacrifier.

C’est un très beau livre, avec beaucoup de spiritualité, de symboles, et même si je ne partage pas et ne comprend pas la façon de vivre de la communauté Hassidique, que la fin me laisse un petit goût amer, j’ai apprécié l’immersion dans la vie quotidienne d’Asher Lev et de sa famille parce que c’est très instructif et qu’il est important de respecter les différences même si on n’y adhère pas.

Vraiment un agréable moment avec ce livre.

EDITIONS : Buchet-Chastel 2004 – ISBN 9 782283 020593 – 488 pages 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s