LES BRUMES DE RIVERTON

KATE MORTON

41k0+5ee0OL._SX303_BO1,204,203,200_Eté 1924, dans la propriété de Riverton, l’étoile montante  de la poésie anglaise, lord Robert Hunter, se donne la mort au bord d’un lac, au cours d’une soirée.Dès lors, les soeurs Emmeline et Hannah Hartford, seules témoins de ce drame, ne se sont plus adressées la parole. Selon la rumeur, l’une était sa fiancée, l’autre son amante.

1999, une jeune réalisatrice décide de faire un film autour de ce scandale et s’adresse au dernier témoin vivant, Grace Bradley, à l’époque domestique au chateau. Grâce s’est toujours forcée d’oublier cette nuit là. Mais les fantômes du passé ne demandent qu’à se réveiller. 

1999, Grace vit paisiblement dans une maison de retraite, elle n’est pas en grande forme côté santé mais sa mémoire est intacte et c’est parfait parce qu’un beau matin, une jeune réalisatrice de film se présente à elle,  pour évoquer le domaine de  Riverton et le suicide de Robert Hunter, poète promis à un bel avenir, qui a été retrouvé noyé dans le lac qui jouxte la propriété. Un film est en préparation et la mémoire de Grace lui sera précieuse pour se rapprocher le plus possible de la réalité.

Grace puise alors dans ses souvenirs qu’elle avait sciemment occultés et pense qu’il est enfin temps de révéler des secrets jusqu’alors bien gardés et de rétablir certaines vérités.

L’histoire démarre en 1914 lorsque Grace, toute jeune fille de 14 ans est embauchée en qualité de domestique par Lord Ashbury , propriétaire du domaine de Riverton. Elle ne connaît rien de cette maison, seulement que sa mère y a travaillé et qu’elle en a été chassée mais pourquoi ? c’est un mystère dont il ne faut pas parler, sa mère l’élève seule, la vie est rude et le silence est d’or, Grace semble être un boulet, de son père elle ne sait absolument rien et ne se hasarde pas à poser de questions.

Ses premiers pas au service de cette belle demeure ne sont pas simples mais elle fait son possible et elle s’attache de suite à Emmeline et Hannah, – les filles de Frédérick, fils de lord Ashbury- qui sont dans la même tranche d’âge qu’elle à quelques années près.

Le travail est rude dans le domaine, les domestiques ne sont pas réellement considérés mais ils vivent au sein de la propriété et connaissent bien les secrets de chacun des maîtres. Grace voue une admiration sans limite à Hannah, son intelligence, sa façon de défier les autres et ses idées avant-gardistes. Elle est aussi très intriguée par son père, Frédérick, second fils de lord Ashbury qui n’est pas aussi brillant que son frère le commandant Jonathan fils ainé de lord Ashbury qui fait la fierté de son père et qui a tout réussi dans sa vie. 

Et il y a Alfred, domestique lui aussi qui semble s’intéresser à Grace et qui ne la laisse pas indifférente. La première guerre mondiale vient bouleverser la vie tranquille du domaine, le commandant Jonathan meurt en héros sur un champ de bataille de la Somme, laissant sa jeune femme enceinte, David, le fils de Frédérick et frère d’Hannah et Emmeline  meurt lui aussi, Alfred revient mais ne semble plus le même, Hannah a des envies d’émancipation et de liberté et Grace suit le mouvement des uns et des autres entre le travail au domaine, les visites à sa mère et les petits rapprochements amoureux avec Alfred.

A trop vénérer Hannah et la servir avec ardeur, Grace met sa propre vie entre parenthèses, ne risque t’elle pas de passer à côté de l’essentiel ? Passera t’elle sa vie à être domestique alors qu’elle pourrait envisager d’autres horizons ? Alfred ne va t’il pas se lasser de l’attendre ?  Que réserve le destin à Emmeline et Hannah qui sont amoureuses du même homme ?

Au revoir Grace, je vous souhaite une longue vie, pleine d’amour et d’aventure, Souhaitez m’en autant …..  je sais qu’avec vous les secrets sont bien gardés !

Kate Morton nous décrit tout cela en parsemant quelques secrets de ci, de là, l’histoire est livrée tambour battant, il n’y a jamais de temps mort et cette plongée dans l’Angleterre du siècle dernier est délicieuse. Le domaine de Riverton est fabuleux et je n’ai aucun mal à me promener dans le parc et à flâner au bord du lac, ce lac maudit où Lord Robert Hunter perdra la vie, pourtant il aurait suffit de peu pour que cela soit évité.

Il y a beaucoup de mystère, des secrets enfouis qui jaillissent tout à coup sans que l’on s’y attende, l’auteure est habile et jongle avec les mots, elle nous enchante et la vie de la maison et des deux soeurs s’avère passionnante.

Je deviens fan de littérature australienne il me semble, c’est le second livre que je lis de cette auteure et j’ai hâte d’en découvrir d’autres.

Editions : POCKET Juillet 2017 (Presses de la Cité 2007) – ISBN 9 782266 225120 6 – 689 pages 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s