LA MEMOIRE DES EMBRUNS

KAREN VIGGERS

51w9+V+kthL._SX210_

Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, Ile de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare.

Entre souvenirs et regrets, Mary retrouve la terre aimée pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d’Antarctique. Elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l’a hantée durant des décennies menace d’être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.

C’est le second livre de cette auteure que je lis et ça frôle de nouveau le coup de coeur, parce que dedans il y a tous les ingrédients que j’aime pour une recette réussie !

Mary est veuve, elle sait que sa vie ne tient plus qu’à un fil. Malgré le désaccord de ses enfants (surtout les deux ainés), elle décide de retourner là où tout à commencé, là ou elle a vécu les plus belles années de sa vie, entourée de ses enfants et de son mari, Jack, gardien du phare de l’Ile de Bruny.

Mais Mary a-t’elle réellement eu cette vie parfaite que l’on se plait à croire et surtout, quel est ce lourd secret qu’elle dissimule et aimerait emmener avec elle dans sa tombe ?

L’histoire est belle et défile tout au long du livre avec pour toile de fond, les magnifiques paysages australiens. L’auteure nous parle beaucoup de Mary mais nous conte aussi l’histoire de Tom son dernier fils,  frère de Gary et de Jan seule fille de la fratrie avec qui Mary a des rapports plus que tendus.

Tom est parti travailler 15 mois en Antarctique, pressé par son épouse Debbie qui avait trouvé la proposition d’emploi sur le web, cela lui donnait un triple salaire et permettrait la rénovation de la maison. Mais 15 mois c’est long pour celle qui attend et Debbie qui était l’instigatrice de ce départ n’a pas supporté l’éloignement, un jour elle a contacté Tom pour lui annoncer qu’elle le quittait.

Tom vit désormais seul dans la ville de Hobard avec sa chienne Jess, il n’a pas réussi à refaire sa vie et ne l’envisage même pas. C’est un solitaire, un amoureux de la nature.

Karren Viggers nous décrit ce temps passé au Pôle Sud et nous fait voyager, les paysages, les conditions climatiques difficiles, la vie avec les autres et les animaux, on s’y croirait tellement tout est bien décrit. J’ai adoré cette parenthèse neigeuse même s’il faisait très froid. On s’attache tout de suite à Tom et on a vraiment envie qu’il puisse trouver le bonheur.

Mary a certainement été heureuse dans cette île perdue au milieu de nulle part parce que l’endroit est magnifique même s’il est constamment balayé par le vent, j’ai adoré me promener sur la plage et imaginer le phare ainsi que la vie de cette famille. Mais dans les couples il y a parfois des coups durs et Marie n’y a pas échappé. Pourquoi s’en veut-elle autant ? et si elle n’était pas seule responsable ? Jack a t’il toujours été comme il le fallait ?

L’auteure navigue habilement entre Mary et Tom, deux histoires différentes mais deux êtres qui sont liés par les liens du sang et qui ont de profondes blessures. Et il y a ce secret que Mary veut à tout prix préserver, il est enfoui depuis si longtemps, Mary va t’elle mourir avec lui ?

Le livre est assez addictif, à chaque nouveau chapitre on repasse d’un personnage à l’autre,  on en apprend un peu plus, toujours avec les magnifiques paysages de Tasmanie, la faune et la flore sont omniprésents et c’est un vrai bonheur.

Bon je n’ai pas eu de chance j’ai tout de suite trouvé le secret au début du livre, une phrase, une seule m’a mis la puce à l’oreille, je pensais me tromper mais non, pour une fois j’ai vu juste, mais ce n’est pas grave parce que ce secret n’est véritablement dévoilé qu’à la fin,  j’ai su que j’avais raison juste dans les dernières pages.

C’est un livre parfait pour lire pendant les vacances, il est dépaysant et très enrichissant. Bien sur je le recommande aux amoureux de la faune et de la flore, à ceux qui ont envie d’évasion et d’un peu de fraîcheur et comme aujourd’hui c’est jour de canicule et bien l’antarctique c’est parfait !!

EDITIONS : Le livre de Poche 2016- ISBN 9 782253 066217 – Première publication Les Escales 2015 – 568 pages 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s