LA MELANCOLIE DU KANGOUROU

LAURE MANEL 

9782253259619-001-T

La naissance de Lou aurait du être pour Antoine le plus beau moment de son existence. Mais la mort de Raphaëlle, son épouse qu’il aimait au-delà de tout, l’a brisé et il a du mal à créer un lien avec son bébé, jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson.

Parviendra t’elle à aider Antoine à se révéler comme père et se reconstruire ? 

J’avais hâte de commencer la lecture de ce livre, d’autant plus que j’ai eu la chance de pouvoir me le faire dédicacer par l’auteure elle-même à la Fnac de Lille, quel bonheur de pouvoir la rencontrer et discuter un peu avec elle, parce que oui, Laure Manel prend le temps avec ses lectrices et lecteurs, elle écoute,  pose des questions, répond aux nôtres et je trouve ça génial. Ce que je peux dire c’est que l’auteure est conforme à ce que je pensais d’elle. Madame Laure Manel je ne pense pas que vous allez lire cette chronique mais tant pis je vous le dis quand même, vous êtes géniale !!

J’avais apprécié la délicatesse du homard, il n’y avait aucune raison que je n’adhère pas à la mélancolie du kangourou et c’est pari gagné. Ce second livre est une petite boule de bonheur même si le titre ne le reflète pas véritablement. C’est vrai que ça commence plutôt mal et tristement, Raphaëlle met au monde la petite Lou et décède dans l’accouchement, laissant Antoine totalement désemparé.

On est tout de suite dans le vif du sujet, un décès brutal, un père qui va devoir faire son deuil, apprendre à vivre sans sa femme qu’il adorait et s’occuper de ce bébé qu’il n’arrive pas à s’approprier, il n’est pas loin d’accuser la petite fille d’être responsable de la mort de sa maman.

Bien sûr c’est totalement bouleversant, on se dit que ça va être triste mais finalement, même si on a beaucoup d’empathie pour Antoine et Lou parce que la situation est dramatique, Rose amène tout de suite une touche de fraîcheur et d’espoir dès son entrée dans la maison en tant que garde d’enfant.

On a là deux personnages aux antipodes, Rose respire la joie de vivre et elle prend le temps de vivre pleinement tout ce qui se présente à elle. Elle est jeune, sportive, elle a toute sa vie à construire mais malgré ses 22 ans, elle sait ce qu’elle veut et a la tête sur les épaules. Antoine ne pense qu’à son travail, il ne prend pas le temps ni pour lui et encore moins pour sa fille, il traîne sa déprime, ne souhaite pas sortir de son apathie et broie du noir à longueur de temps.

Le contraste entre les deux personnages est étonnant et va s’avérer payant, chacun ayant quelque chose à apporter à l’autre, mais c’est surtout Rose qui va sauver la maison en donnant tellement à Lou. Au fil du temps, mais alors très doucement, Antoine va enfin sortir de cette coquille dans laquelle il s’est enfermé.

Je dois avouer qu’Antoine m’a beaucoup énervée. Si je peux comprendre son énorme chagrin que je ne veux absolument pas minimiser, je suis déroutée concernant son attitude vis à vis de Lou. J’avais juste envie de le secouer une bonne partie du livre et lui dire « occupe toi de ta fille, c’est tout ce qu’il te reste de Raphaëlle, la femme que tu as tant aimée, c’est le fruit de cet amour, elle est précieuse, tu te dois de la protéger  »  je le trouve parfois futile, il ne va pas au fond des choses, il n’ose pas les dire,  il se laisse manipuler,  surtout si la personne en face a des talons aiguille, en clair même quand on pense qu’il va un peu mieux, on se rend compte qu’il est encore totalement paumé.

Rose est parfaite, je crois que c’est mon personnage préféré, elle est droite et bien dans ses baskets malgré une vie privée qui n’est pas réellement stable, elle sait compartimenter sa vie et connaît les priorités et surtout cet amour pour Lou est juste magnifique.   J’ai une tendresse particulière pour Hermance la mamie d’Antoine qui vit si loin dans les belles montagnes des Alpes. Elle n’a pas un rôle très actif dans le livre mais je ne sais pas, je l’aime bien allez savoir pourquoi ! puis j’aime les montagnes que l’auteure nous décrit si bien, j’ai l’impression de prendre un bol d’air quand je lis les descriptions si parfaites.

Ce livre est un bonbon doux comme le miel, on s’en imprègne et il diffuse en nous une inquiétude qui au fil des pages se transforme en douce quiétude,  parce que l’espoir n’est jamais loin et qu’on sait que le soleil va finir par briller. J’ai vraiment beaucoup aimé, je crois que j’aime les histoires et qui nous font voir que la vie est belle malgré tout et qu’il y a toujours une porte de sortie même quand on croit toucher le fond.

Il me semble que l’auteure a parlé d’une suite, je ne sais plus si c’est pour ce livre là mais sincèrement je trouve que ça serait merveilleux de pouvoir continuer l’aventure avec Rose, Lou et Antoine, savoir ce que les personnages sont devenus, comment ils ont évolué.  En attendant j’ai les libellules dans ma PAL (le livre est dédicacé aussi) et le 30 novembre prochain, j’aurai la chance de revoir Laure Manel au salon du livre de romance de Dunkerque, d’ailleurs il y aura d’autres auteures que j’aime beaucoup aussi…. oui je sais je suis une veinarde !!

Editions : LE LIVRE DE POCHE  (Michel Lafon) –  ISBN 9 782253 259619  – 2018  – 369 pages

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s