JE M’APPELLE ASHER LEV

Chaïm POTTOK

A53B7F0E-37F2-48A4-ACC2-64BA1201C3E1-2434-00000346E8267DAC (modifié)Dès l’enfance, Asher Lev dessine comme il respire. Ce n’est pas du goût de son père qui ne peut supporter de voir son unique fils s’écarter de la traditions religieuse pour se livrer aux sottises de l’art. Heureusement pour le jeune homme, le grand Rébbe, dont la toute puissance spirituelle règle sur la communauté juive hassidique de Brooklyn, le comprend. Il s’incline devant ce destin exceptionnel et confie Asher au célèbre peintre Jacob Kahn qui devient son maître et lui révèle le monde prodigieux de l’art. Banni par les siens, Asher Lev abandonne alors la foi pour accéder aux merveilles de la création. Un roman magistral sur les affres du génie artistique, bien souvent synonyme de déchirements culturels, spirituels et intimes.

Asher LEV est né dans la communauté Juive Hassidique, une branche de la religion juive qui est très religieuse et respectueuse des lois juives. Son père travaille pour le Rébbe, (le grand rabbin de la communauté), il voyage beaucoup et ouvre des yeshivot (des écoles où l’on étudie la torah et le Talmud), sa mère, suite au décès de son frère, retourne à l’université pour devenir enseignante.

Leur vie est régie par la religion et quand il y a des décisions à prendre, c’est au Rébbe que les fidèles de la communauté Hassidiques s’adressent. Asher est élevé au rythme des prières, du respect du shabbat et des fêtes religieuses, des règles de la cacherout et il est habillé comme tous les hommes de sa communauté, des papillotes, des tsitsit, un long manteau noir, une kippa ou un shtraimel pour se couvrir la tête.

Mais Asher n’est pas comme la totalité des juifs Hassidiques parce qu’il possède un don, celui de dessiner et il est, de surcroît, très doué. Pour ses proches comme pour beaucoup de membres de la communauté, l’art est une perte de temps, ils y sont d’ailleurs totalement hermétiques, certains parlent même d’un don du diable.

On pourrait penser que ses parents ne sont pas totalement hostiles à ce que leur fils dessine, la maman retourne étudier à l’université ce qui lui donne une certaine ouverture d’esprit, le papa voyage, il est donc amené à côtoyer l’extérieur même s’il ne se mêle pas réellement aux autres. Pourtant, sans jamais réellement empêcher Asher d’exercer son art, ils ne l’encouragent pas dans cette voie, d’ailleurs son père y est totalement réfractaire.

Si le jeune garçon tente de ne plus dessiner durant quelques temps, il est bien vite rattrapé par ce don qu’il possède et cette furieuse envie de mettre sur papier ce qu’il voit du monde extérieur, parce que c’est bien de cela qu’il s’agit, il pose ses émotions sur du papier comme un autre écrirait sur un cahier.

Le Rébbe mesure parfaitement la situation du jeune homme, il comprend que ce don qu’il a reçu du tout puissant doit être exploité, c’est la destinée d’Asher, il va alors le confier à Jacob Kahn qui va lui transmettre son savoir. Jacob Kahn est juif lui aussi mais bien loin des préceptes d’Asher, il n’observe pas les mitsvot et il initie Asher à peindre des toiles qui ne peuvent absolument pas convenir à un juif Hassidique, au risque de heurter sa communauté et surtout ses parents.

Asher se retrouve prisonnier entre sa religion et l’exercice de son art et c’est parfois très douloureux. Il a envie de donner libre court à ses créations mais ne risque t’il pas de blesser ses parents qu’il adore et respecte.

Chaïm Pottok manie la plume avec tact et sensibilité,  une belle approche de la religion, des croyances, de la route à suivre. On oscille constamment entre l’autorisé et l’interdit et l’on se rend bien compte que le jeune Asher franchit souvent la ligne rouge et qu’un moment donné il devra, malgré lui, faire des choix qui seront douloureux pour tout le monde et qui pourraient bien bouleverser le cours de sa vie.

L’écriture est belle et douce, je suis rentrée de suite dans l’histoire et j’ai beaucoup aimé ce livre qui nous fait découvrir l’univers de la communauté juive Hassidique. J’ai hâte de lire la suite « le don d’Asher Lev » et de savoir comment Asher va se conduire dans sa vie d’adulte, quels choix va t’il faire, va t’il pouvoir concilier son art et conserver ses relations avec ses parents et sa communauté…. Affaire à suivre….

EDITIONS 10/18 – ISBN 9 782264 043955 – Année 2007 – 388 pages 

Première parution 1972 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s