LES ANNEES PASSION

FRANCOISE BOURDIN

41mbudv6pvl._sx210_A Bordeaux, Lucrèce, jeune femme au caractère bien trempé, mène de front des études de journalisme et un emploi de caissière.

Au-delà de sa vie étudiante éprouvante et du divorce de ses parents, il est une blessure secrète dont elle ne guérit pas : avoir été rejetée par son père.

Dès lors, plus que l’ambition, ce qui la motive c’est la revanche. L’occasion d’empoigner son destin se présente rapidement à elle : elle fait une entrée remarquée dans le monde très masculin du journalisme. Déterminée à se forger un bel avenir et à se libérer de l’emprise des siens, Lucrèce ne reculera devant rien pour imposer sa plume. 

Françoise Bourdin c’est une valeur sûre, je sais que je ne vais pas m’ennuyer et que je vais m’évader quand je la lis et encore une fois, le pari est gagné.

Lucrèce est une sacrée nana qui sait où elle va, même si parfois les pas sont maladroits. Elle est faite pour le journalisme et rien ne pourra altérer ce rêve qu’elle nourrit depuis si longtemps, le chemin sera long, compliqué mais elle a les armes et la force pour y arriver.

Elle vit avec son frère dans une petite maison où financièrement c’est un peu difficile. Ses parents ont divorcé quand elle était plus jeune et la vie dans l’aisance et l’insouciance est terminée. Sa mère vit de sa petite librairie et occupe un appartement au dessus de sa boutique.  Son père, très hautain et peu sympathique,  vit dans l’opulence et a refait sa vie avec une femme bien plus jeune qui étudie la médecine et lui a donné deux filles. Cette femme est à tous points méprisable, elle semble totalement occulter le fait que son mari a eu une autre vie avant elle et fait tout pour éloigner Guy de Lucrèce et de son frère Julien.  Les contacts avec leur père se font rares, l’animosité entre Lucrèce et sa belle mère est flagrante, Lucrèce veut prouver à ce père qui ne l’a jamais aidée et qui ne s’est pas vraiment inquiété pour elle qu’elle peut y arriver sans personne et qu’elle n’a surtout pas besoin d’un coup de main des amis haut placés de papa pour y arriver.

Ce livre décrit l’ascension professionnelle de la jeune femme, avec, en parallèle un paramètre qu’il ne faut pas négliger, une vie amoureuse qui s’avère bien compliquée pour la jeune femme.

D’un côté il y a Nicolas, propriétaire viticole avec son frère du domaine de Brantôme. Ce jeune homme a eu le coup de foudre pour Lucrèce la première fois qu’il l’a aperçue à sa caisse et depuis son attachement ne cesse de grandir, Lucrèce est la femme de sa vie, il rêve de fonder une famille avec elle. Ce garçon est charmant, il a tout pour plaire à une femme.

Lucrèce n’est pas insensible à Nicolas mais elle ne souhaite pas s’attacher et l’idée de se ranger, de se marier, d’avoir des enfants lui semble totalement loufoque et impossible, elle n’est pas dans cette optique, elle veut s’amuser, profiter de la vie sans s’engager et elle veut surtout réussir sa vie professionnelle avant tout.

Il y a le Professeur Cartier, chef du service orthopédique de l’hôpital de Bordeaux avec qui elle va être amenée à travailler sur un article de presse, un homme à femme très séduisant qui a l’âge de son père et qui la fascine. Une idylle cachée avec cet homme qui a l’âge de son père et qui ne lui demande rien en retour se profile doucement, au grand dam de Nicolas qui tentera tout pour récupérer sa belle.

L’auteure oppose habilement les envies de réussite professionnelle de la jeune femme et les freins qu’elle se met concernant sa vie amoureuse. On assiste à des choix parfois douloureux auxquels elle doit faire face, aux doutes qui la taraudent et on ne la comprend pas toujours, pourtant Lucrèce sait parfaitement mieux que nous ce qui est bien pour elle. Elle ne dévie pas du chemin qu’elle s’est tracé, la réussite professionnelle avant tout et tant pis si elle passe à côté du bonheur.

J’ai passé un super moment avec ce livre, je me suis évadée dans les vignes bordelaises, j’ai erré dans les couloirs de l’hôpital et dans les services de rédaction. Lucrèce m’a parfois énervée mais j’ai aussi admiré sa persévérance et son aptitude à prendre des décisions qui semblaient dures à accepter mais qui faisaient partie de la ligne qu’elle s’était fixée.

C’est l’histoire d’une jeune femme libre,  forte et volontaire, c’est une revanche, une belle revanche sur le passé et sur ce père qui lui a toujours dit que seules les études scientifiques étaient dignes de considération. Lucrèce a préféré la littérature et elle a eu raison !!

 

EDITIONS : POCKET – ISBN 9 782266 145893  – 350 pages – Février 2005

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s