J’avais huit ans DANS LE GETTHO DE VARSOVIE

REGINE FRYDMAN

39890461_9294877

Il y avait des individus qui se débrouillaient, qui risquaient leur vie pour leurs familles, pour leurs enfants. Certains habitants du ghetto étaient d’un courage incroyable et très inventifs. Mes parents étaient de ceux-là, ils se battaient sans jamais penser à la mort qui leur était destinée…

Régine Frydman a 8 ans quand les allemands décident de parquer la population juive dans une enclave de cinq hectares d’un quartier de Varsovie en 1940. Ce livre retrace son histoire mais c’est surtout son père qui témoigne et décrit l’horreur de ce ghetto, de la guerre, des traitements inhumains infligés à la population juive par le biais de la machine barbare nazie.

La famille Apelkir vit à Varsovie depuis trois générations, Abram, le papa de Régine nous raconte son histoire,  la première guerre mondiale alors qu’il n’a que quatre ans….  la faim, le froid, les privations, son enfance d’apprenti tailleur à 14 ans , sa rencontre avec Bella sa future épouse, puis lentement, mais sûrement, sa réussite sociale…..  Abram Apelkir est un homme heureux, sa première fille naît en 1932, son atelier de tailleur est prospère, sa femme possède un petit commerce d’épicerie fine, il fréquente les gens du spectacle, des comédiens célèbres…..

En septembre 1939 tout bascule avec la guerre, l’invasion allemande, les premières mesures anti-juives, la fuite et l’enfermement dans le ghetto de Varsovie.

Abram est un battant, il ne baisse jamais les bras, c’est un homme courageux et ambitieux tout comme Bella son épouse.  Ils tentent de survivre dans le ghetto, Abram réussit à sortir et à trouver de la nourriture, il fait du marché noir pour faire vivre sa famille, mais comment vivre dans cet enfer qui a perdu toute humanité et où la mort est bien souvent la seule porte de sortie.

Abram nous décrit tout ce qu’il voit et ce qu’il ressent, cette peur constante et cette violence qu’il subit lui aussi au rythme des convois qui partent pour les camps de la mort et cette bataille quotidienne pour survivre encore un peu car chaque jour qui passe sans être déporté est une victoire….

L’histoire est poignante, Abram témoigne de l’horreur, de l’indescriptible, le récit est dur et bouleversant et parfois on découvre de petits morceaux de bonheur qui font du bien et qui nous font croire encore que l’humain sait être bon.

C’est un récit important qui fait partie du devoir de mémoire, il n’y aura bientôt plus personne pour témoigner de cette période noire de l’histoire, il nous appartient de transmettre à nos enfants, pour que personne n’oublie jamais et pour que jamais cela ne se reproduise. Ce livre doit absolument être lu !

EDITIONS : Tallandier – Année 2011

ISBN : 9 782847348101 – 244 pages 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s