SPIRALES

TATIANA DE ROSNAY

téléchargement

Hélène, la cinquantaine paisible, mène une vie sans histoire auprès de son mari, de son fils, de sa fille et de ses petits enfants. Hélène est une épouse modèle, une femme parfaite. Un jour d’été caniculaire à Paris, sur un coup de tête, elle cède aux avances d’un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque. Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler et surtout à tout oublier, mais dans son affolement, elle laisse son sac à main…. avec ses papiers….

Lorsque je choisis un livre de Tatiana de Rosnay, je peux le faire les yeux fermés parce que je sais que je ne serai pas déçue, quel que soit le sujet abordé par l’auteure que j’apprécie énormément.

Dans cette histoire il est question d’un engrenage,  -d’une spirale comme l’indique le titre-  dans laquelle Hélène, l’héroïne, est happée sans qu’elle ne puisse plus rien contrôler.

Hélène est une petite bourgeoise à la vie tranquille, une belle maison en région parisienne, une maison de vacances à Honfleur, deux enfants, des petits enfants, un mari éditeur, pas de soucis d’argent, rien qui ne viendrait ternir une vie bien orchestrée, mais ce genre de vie est-il  gage de bonheur ?

Je pense que non parce qu’Hélène n’est pas totalement épanouie, elle vit pour les autres, elle a d’abord élevé ses enfants et maintenant elle est effacée par rapport à son mari, on le constate clairement lorsqu’en parfaite maîtresse de maison, elle organise des dîners avec des écrivains où elle met son mari à l’honneur et reste en réserve alors qu’elle pourrait tout à fait prendre part aux conversations littéraires.

Une vie trop bien rangée, une routine mortelle qui va pousser Hélène à s’accorder une petite fantaisie, -tomber dans les bras d’un parfait inconnu-, un écart lourd de conséquence qui aurait pu passer inaperçu si l’amant en question n’était pas mort durant l’acte sexuel. Hélène s’enfuit mais elle oublie son sac chez son amant,  un indice bien gênant …. A partir de ce moment là tout bascule et l’engrenage commence.

Comment cette femme si respectable se laisse entraîner dans cette spirale qui ne va pas cesser d’augmenter et d’attirer d’autres ennuis ? Hélène n’a pas pensé que peut-être quelqu’un l’avait vue ? Hélène est focalisée sur une seule chose, masquer la vérité parce qu’il est impensable que les gens puissent apprendre qu’une femme respectable comme elle s’est abandonnée un instant dans les bras d’un inconnu, qu’elle a trompé son mari, qu’elle y a pris du plaisir, qu’elle n’a pas daigné appeler les secours alors que l’homme se mourrait et qu’elle s’est lâchement sauvée.

Hélène se semble plus être Hélène, elle va devoir faire face au chantage qui se fera de plus en plus pressant, elle va devoir trouver de nouveaux stratagèmes pour garder ce secret bien trop lourd à porter.

L’auteure nous entraîne dans cette spirale infernale sans qu’on ne puisse rien arrêter, à un moment donné on se dit qu’Hélène va réagir et tout avouer, mais Hélène va de plus en plus loin et j’avoue avoir été ébranlée.

Au départ j’ai de la sympathie pour cette femme,  presque comme de la compassion mais quand elle commence à s’engluer dans les mensonges j’ai du mal à adhérer. Je n’aime pas particulièrement les odieux chantages dont elle est victime et puisqu’elle n’a pas voulu dire la vérité avant, je pense que c’est le moment d’aller voir la police et tout raconter, ça serait l’occasion d’arrêter la spirale, mais Hélène ne saisit pas l’occasion.

Tatiana de Rosnay nous met dans tous nos états, de la stupeur, de l’énervement,  de l’horreur, de la tristesse parfois, je suis tétanisée par la tournure que prend cette histoire, tourneboulée par cette spirale hermétique dans laquelle je semble enfermée avec Hélène avec cette interrogation permanente ….  Jusqu’où ira t’elle ? à quel moment ça s’arrête ?

La fin est surprenante, ce n’est pas du tout ce que j’attendais mais finalement l’auteure laisse libre court à notre imagination, tout reste ouvert, c’est presque le lecteur qui décide….. j’attrape une petite phrase au vol dans les dernières lignes pour me faire une fin à moi qui me convient et qui ne fait pas passer Hélène pour la meurtrière qu’elle semble être…. et si j’avais raison ?

Ce n’est pas le meilleur roman de l’auteure, je crois que pour moi le plus beau reste « Elle s’appelait Sarah »,  j’ai néanmoins passé de bons moments et surtout,  je suis ressortie indemne de la spirale !

Editions : Le livre de Poche

ISBN : 9 782253 128069

Année 2008 – 185 pages 

2 réflexions sur “SPIRALES

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s