ISRAEL FACE A ISRAEL

PIERRE BLANC – JEAN-PAUL CHAGNOLLAUD 

9782746746794

En France comme ailleurs, l’image d’Israël est très contrastée. Pour les uns c’est un état irréprochable grâce auquel le peuple juif dispose enfin de son « toit politique ». Une démocratie qui perdure dans un environnement instable et dangereux. Pour les autres, c’est avant tout un état qui occupe depuis cinquante ans un territoire qui n’est pas le sien et sur lequel il a développé une colonisation systématique au mépris du droit international.

Pour lire ce livre sereinement et le comprendre, il faut connaître un peu la géopolitique d’Israël et aussi son histoire, sinon il deviendrait bien vite ennuyeux pour celui qui n’est pas « initié ».

Le titre était prometteur, j’ai pensé que les auteurs mettraient en exergue les qualités de ce pays comme ses défauts, en argumentant à chaque fois.   Force est de constater que si les défauts et les manquements d’Israël sont bien à l’honneur et cela  tout au long des pages, -avec des argumentations bien étayées- , il n’en va pas de même pour les qualités qui si elles sont parfois citées, sont aussi vite réprimées, comme si finalement le fait de  donner des éléments positifs sur ce pays indisposait les auteurs.

Le plan du livre est limpide, ils partent des prémices du sionisme, pour nous amener à  la création de l’état d’Israël, ses premiers pas,  les guerres et le conflit omniprésent,  le problème identitaire, l’économie, la démocratie, la puissance de l’armée.

Sur le fond tout est bien construit, ils relatent des faits réels. C’est sur la forme que le bât blesse mais cet avis n’engage que moi.  Je trouve les discours trop orientés et comme j’ai vécu huit ans dans ce pays, j’ai du mal à me projeter et à adhérer à certaines affirmations qui mériteraient parfois un bémol.

Je ne vais pas rentrer dans les détails, ça serait stérile et ce n’est pas le but.

J’aurais aimé un vrai face à face entre les deux Israël, je n’ai vu que la partie sombre de ce pays, et si j’écris sombre n’allez pas vous faire des films, on sait très bien que chaque pays a sa part d’ombre, comme chaque individu d’ailleurs. Je suis capable de relativiser et je sais qu’en Israël tout n’est pas parfait mais tout n’est pas noir non plus.

J’aurais apprécié un peu d’équité,  que l’on mentionne aussi Israël en  tant qu’agressé, mais ce pays est continuellement pointé du doigt en qualité d’agresseur, pire, on justifie les attentats, on glorifie les terroristes qu’on surnomme des activistes ou des martyrs et si Israël est en insécurité c’est de sa faute, parce qu’il est l’occupant et qu’il brime le peuple palestinien.  J’aimerai rappeler qu’en 2005, sous l’impulsion d’Ariel Sharon, un désengagement total de la bande de Gaza a été opéré,  il n’y a donc plus un seul Israélien, ça n’empêche pas le Hamas -élu non démocratiquement- d’effectuer des tirs réguliers de roquettes vers le territoire Israélien.

J’aurais aimé qu’on s’attarde sur le côté humain de ce pays,  -n’en déplaise aux auteurs qui le diabolisent en permanence-, de son ouverture sur les autres -alors qu’on veut nous faire croire qu’Israël vit en vase clos et que prime la suprématie juive-   et que l’on ne se cantonne pas seulement au problème palestinien, même si c’est peut-être le problème premier à résoudre.

La semaine dernière, des réfugiés Syriens se sont pressés à la frontière Israélienne, (la Syrie, l’ennemi de toujours), des pauvres gens qui ne savaient pas vers qui se tourner, bizarrement, la frontière jordanienne est restée hermétique et sourde aux appels. Israël est venu en aide aux réfugiés, des vivres, des médicaments, des vêtements, certains syriens ont été soignés dans les hôpitaux Israéliens. Israël est aussi intervenu -grâce à leur technologie avancée- pour secourir les enfants Thaïlandais bloqués dans une grotte… des exemples comme ça il y en a beaucoup d’autres, ils ne sont jamais cités, pourquoi ?

Il y a deux termes qui reviennent constamment et pratiquement dans tous les paragraphes de ce livre, « occupation » et « colonies », comme si finalement d’Israël il ne fallait retenir que ça….  je me demande si ce n’est pas pathologique chez les auteurs.

Je n’ai pas aimé ce livre, il m’a bien souvent heurtée et fait sortir de mes gonds !! il m’a confortée dans l’idée que la haine contre ce pays est toujours bien vivace et  qu’elle aveugle au point parfois de perdre toute objectivité, il y a toujours eu et il y aura toujours deux poids et deux mesures, Israël déchaîne les passions, les plus positives comme les plus viles.

La réalité évoquée par les deux auteurs est leur réalité, c’est leur droit, c’est la démocratie, chacun peut s’exprimer et argumenter comme il l’entend. Ce n’est en aucun cas la mienne.

Le chemin risque d’être encore long écrivent-ils…. c’est certainement un des rares propos avec lequel je suis d’accord !!

EDITIONS AUTREMENT – ISBN 9782746746794 – 216 pages 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s