LA MEMOIRE DES MURS

TATIANA DE ROSNAY

81hznzFUHbL

Pascaline, informaticienne de quarante ans, emménage dans un nouvel appartement suite à son divorce. Installée depuis quelques jours, elle se rend compte que cet appartement exerce un effet néfaste sur elle et apprend que les murs dans lesquels elle vit ont été témoins d’un odieux crime. Ce drame est l’élément déclencheur de souvenirs enfouis…. désormais, Pascaline n’a plus qu’une idée en tête, retracer le parcours du tueur, mais attention à ce jeu là, on pourrait se perdre….. 

« Lorsqu’on entre quelque part, on peut s’y sentir merveilleusement bien ou, au contraire, horriblement mal« , c’est cette seconde option qui s’impose à Pascaline lorsqu’elle emménage dans son nouvel appartement. L’endroit semble pourtant charmant, un bel immeuble en pierre de taille dans un quartier vivant, un appartement lumineux et calme un petit nid où elle va  réapprendre à vivre après un divorce douloureux dont elle n’a pas encore fait le deuil.

La première nuit est catastrophique, les suivantes aussi, réveils nocturnes, frissons, nausées, Pascaline met cela sur le compte de sa solitude, du manque de Frédéric son ex mari qui est en train de refaire sa vie avec une autre, elle se dit qu’elle est tout simplement bouleversée, il lui faut trouver de nouveaux repères, de nouvelles marques, se faire des amis, sortir et tout ira bien.

Mais rien ne va et un matin elle croise une voisine dans l’entrée de l’immeuble qui l’informe qu’un meurtre a eu lieu dans son appartement. Pascaline effectue des recherches et se rend compte qu’il s’agit d’un tueur en série qui a assassiné 7 jeunes filles, dès lors, il est impossible pour elle de rester dans cet endroit.

Ce crime fait resurgir en elle des souvenirs d’enfance jusqu’alors enfouis, et la douleur terrible de la perte de sa petite fille, décédée il y a 15 ans de la mort subite du nourrisson alors qu’elle était sous la surveillance de Frédéric, son mari. On pense alors que le fait de déménager l’apaisera mais on est loin d’imaginer à quel point Pascaline va sombrer petit à petit.

Tatiana de Rosnay nous embarque doucement mais sûrement dans l’obsession de Pascaline qui a décidé de marcher dans les pas du tueur en série. Elle étudie chaque endroit et chaque jeune fille , elle connaît leurs prénoms, ce qu’elles faisaient le soir où elles ont été tuées,  elle imagine les scènes de crime, elle s’immisce dans leur vie, comme si elle faisait partie de leurs famille, comme si quelque part elle était la mère de ces 7 victimes et elle ressent de la douleur et de l’empathie, un désir de vengeance peut-être aussi.

Rien ni personne ne peut l’arrêter, c’est devenu vital pour elle. Elle se rend même à la prison et en fait le tour pour tenter d’apercevoir l’assassin, l’imaginer dans sa cellule, est ce qu’il pourrait éventuellement la voir ?

Sa collègue de travail tente de l’aider mais Pascaline est enfermée dans sa solitude, dans sa douleur et dans son obsession malsaine.  Elle assiste impuissante à sa folie grandissante,  Pascaline la manipule et lui raconte ce qu’elle veut bien, elle distille des informations au compte goutte, Pascaline ne semble plus être Pascaline et ça donne un petit côté machiavélique qui n’est pas pour me déplaire.

L’ambiance devient pesante, oppressante, au tueur en série se mêle le souvenir de sa petite fille décédée par accident et le pire est peut-être à venir…..

C’est un roman noir sympathique à lire,  tout y est, l’angoisse, le suspense, l’inquiétude et cette folie démesurée que rien ne semble pouvoir arrêter et qui monte d’un cran à chaque instant… La fin, on la devine au tout dernier moment.

Tatiana de Rosnay c’est une valeur sûre, je ne suis jamais déçue quand je la lis. J’aime son écriture fluide et harmonieuse, les mots sont justes et à leur place, ils nous emmènent et nous transportent,  il n’y en a jamais de trop, elle arrive à nous alpaguer dès le début du roman et on n’a plus envie de le lâcher.

Quand vous aurez terminé ce livre, vous ne regarderez plus vos murs de maison de la même façon j’en suis persuadée !!

EDITIONS : Héloïse D’Ormesson,  le livre de poche  – ISBN 9 782253 127710 – 153 pages 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s