LES LETTRES DE ROSE

CLARISSE SABARD

414xS5TzvTL._SX210_

 

Lola sait qu’elle est une enfant adoptée. Elle travaille avec ses parents dans le salon de thé familial mais rêve d’être libraire. Un coup de téléphone chamboule sa vie, elle hérite de sa grand-mère biologique, une maison dans un petit village de province mais surtout une histoire qu’elle va découvrir sous forme d’un jeu de piste.

***************************************

Lola vit à Paris avec ses parents adoptifs, un amoureux qui s’est récemment fait la malle mais surtout un super ami, Tristan, presque un frère sur qui elle peut compter à chaque instant. Lola rêve d’être libraire, mais en attendant que ce rêve se concrétise, elle travaille dans le salon de thé familial.

Un beau jour, le message d’un notaire de Province vient bouleverser le cours de sa vie, Rose, sa grand-mère biologique vient de mourir et fait d’elle une héritière. Ainsi commence la quête de Lola pour découvrir qui elle est, d’où elle vient et qui sont ses ancêtres.

Lola hérite d’une maison dans laquelle sa grand-mère a caché des lettres et des photographies qu’elle devra trouver et assembler afin de délier toutes les pièces du puzzle qui la mèneront à la vérité.

C’est le premier livre de Clarisse SABARD que je lis et c’est un vrai coup de coeur. J’aime l’intrigue et les rebondissements et à aucun moment l’auteure ne laisse présager du dénouement final même si elle sème de ci, de là, quelques informations afin de nous aiguiller et qu’on a une petite idée en ce qui concerne la maison, une magnifique et imposante demeure aux pierres blanches à laquelle on s’attache parce qu’elle est de loin la plus belle du village, qu’elle détient tous les secrets  qui permettront à Lola d’éluder le passé et qu’elle pourrait aussi donner un coup de pouce pour l’avenir.

Il y a ensuite la découverte des personnages dont le point de départ est Louise, l’arrière grand-mère maternelle de Lola, celle qui décide, celle qui souffle le chaud et le froid et qui va influer sur le futur de la famille. On admire son courage, sa pugnacité, sa réussite. C’est une avant-gardiste car à cette époque les femmes sont reléguées aux tâches ménagères et à la procréation. Mais Louise n’a pas que des qualités, elle prend parfois de terribles décisions et dans ces moments là, on la déteste véritablement. Est-ce qu’on pourra un jour lui pardonner ?

Il y a Rose, la fille de Louise, grand-mère de Lola qui deviendrait presque l’héroïne du roman, Rose si belle, si douce, si tendre, elle aime les livres et les arts, son destin semble tout tracé, tout va pourtant basculer un beau matin,  parce que quelqu’un va prendre des mesures  à sa place sans la prévenir, sans lui laisser la moindre chance, elle devra alors subir quelque chose qu’elle n’a jamais décidé.

Rose on l’aime, forte et fragile, c’est la bonne copine qu’on a envie de protéger, celle qu’on voudrait aider,  on souffre avec elle parce que sa vie ne sera pas un long fleuve tranquille, on serait presque frustré parce qu’on pense que le bonheur va finir par arriver, mais il est fuyant et tragique…. on se questionne quel a été le rôle de Rose dans l’abandon de Lola, aurait-elle pu faire autrement ? Peut-on lui en vouloir ? non on n’arrive pas à en vouloir à Rose, pas moi en tout cas !!

Il y a Nadège la maman de Lola, reléguée au simple rôle de génitrice, on découvre son histoire à la fin du roman seulement, on oublierait presque son existence, elle est pourtant la mère de Lola. Une jeune femme qui semble si frêle et si fragile,  une vie qui aurait pu être belle s’il n’y avait pas eu l’héritage du passé, parce que ce passé finalement, c’est bien lui la cause de tous les maux dans cette famille.

Vincent le cousin, héritier lui aussi, ne semble pas heureux de faire la connaissance de Lola, son attitude est étrange et presque inquiétante, Lola le dérange…. mais pourquoi ?  On fait la connaissance de Jim son meilleur ami, la première fois on ne l’aime pas, ensuite, on finit par se dire qu’il n’est peut-être pas si détestable que ça…. Il y a le notaire et sa jeune femme des gens charmants, Evelyne la propriétaire de l’auberge, Béatrice qui en sait beaucoup plus qu’elle ne veut l’avouer…..

Tout ce petit monde vit à Aubéry, village de 1200 âmes,  chacun y a un rôle bien précis et c’est assez intéressant de les voir évoluer autour de Lola et de son secret. Les personnages et les lieux sont parfaitement décrits si bien qu’on arrive à tout imaginer et à se glisser sans problème au coeur même du livre, on se retrouve alors sur cette petite place de village, face au bar et au bureau de poste, nos yeux se posent sur l’auberge et Evelyne qui discute sous la pergola,  le notaire file à son étude, il est en retard et de l’autre côté la rivière s’écoule lentement et on entend son petit clapotis…..

Ce roman est une histoire de femmes, tout au long de la saga et des décennies qui se succèdent c’est toujours une femme qui prend des décisions qui se répercuteront sur l’avenir. Ces femmes sont toutes attachantes et nous font passer par toutes sortes de sentiments, on éprouve de l’admiration, de la tendresse, de la compassion, on se fâche, on est triste, c’est aussi ça un bon livre, savoir nous transmettre tout un panel d’émotions diverses et variées, je suis complètement embarquée !!

Je n’avais pas envie que l’histoire se termine, j’attendais chaque soir avec impatience le moment où je pourrais enfin me replonger dans l’histoire.  J’ai terminé les lettres de Rose hier soir, avec une petite pointe de nostalgie mais réellement ravie.

Clarisse SABARD a écrit deux autres livres, la plage de la Mariée et le jardin de l’oubli, j’ai déjà prévu de les lire !!

Editions CHARLESTON – ISBN 978-2-36812-131-3 – 506 pages 

2 réflexions sur “LES LETTRES DE ROSE

    1. Oui, je me doute et on a pas tous les mêmes attentes sur un livre, certaines vont s’attacher au style, d’autre à l’intrigue….. j’ai franchement été embarquée dans cette histoire, quand un livre arrive à me faire déconnecter de la réalité c’est gagné. Je vais lire son deuxième roman pour voir si j’y accroche autant. Seul bémol, c’est dommage qu’elle ne mette pas un petit j’aime lorsqu’on l’ informe de la critique du livre sur twitter, même sa maison d’édition ne le fait pas alors que d’autres éditeurs ou auteurs le font.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s