UN GOUT DE CANNELLE ET D’ESPOIR

SARAH McCOY

51Mt6r+x+sL._SX303_BO1,204,203,200_

Allemagne 1944, Elsie travaille dans la Boulangerie de ses parents, une famille nationaliste et très patriote, sa soeur ainée est volontaire au Lebensborn, son futur fiancé est bien placé dans l’armée nazie et ses parents ne jurent que par le furher.

Une nuit de Noël, un petit garçon juif, échappé des camps de la mort, vient frapper à la porte de la boulangerie.

Sarah McCoy nous raconte l’histoire d’Elsie, une héroïne au grand coeur qui, malgré son jeune âge n’a pas eu peur de prendre les bonnes décisions, au péril de sa vie et de celle de sa famille.

On se retrouve plongé dans les heures les plus sombres de l’histoire, ces années de la seconde guerre mondiale où l’on déporte les juifs dans les camps de la mort, où il faut appartenir aux jeunesses Hitlériennes si on est un jeune enfant, et suivre la ligne du fürher si on veut être un bon Allemand.

La famille Schmidt a le profil parfait du bon allemand. Le père est un inconditionnel du régime fasciste et leur fille aînée est volontaire au Lebensborn, organisation chargée de développer une pure race aryenne. Il reste Elsie qui du haut de ses 16 ans aide ses parents à fabriquer toutes sortes de pains qui, il faut bien l’avouer, nous mettent l’eau à la bouche tout au long du livre et l’on percevrait presque l’odeur de la cannelle et du pain d’épice à chaque fois que l’on tourne une page et franchement, que c’est bon !

Afin que cette histoire soit racontée, l’auteure fait un parallèle avec Reba, jeune journaliste,  qui sera chargée de faire un reportage sur Elsie que l’on retrouve 60 ans plus tard au Texas où elle a ouvert une pâtisserie Allemande. 

J’avais peur d’être gênée par les allers-retours entre les différentes périodes et de me perdre mais ça n’a pas été le cas. Sarah McCoy passe habilement d’une décennie à l’autre et d’une façon si naturelle que l’on ne perd absolument pas le fil à aucun moment de l’histoire.

On dévore ce livre avec des sentiments bien distincts, l’amitié, l’amour, la révolte, la peur, la haine, on s’interroge et réagit sur certaines actions, on revit l’histoire et bien sûr on s’attache à Elsie qu’on admire plus que tout parce que ce petit bout de femme, du haut de son jeune âge, sait ce qu’elle veut et n’écoute que son coeur.

On s’attache à Réba aussi, pas de la même façon mais c’est  un personnage clé que l’auteure nous présente également et qu’on finit par aimer même si parfois elle nous semble un peu compliquée.

Deux femmes pour deux histoires totalement différentes dans des époques qui n’ont absolument rien à voir et pourtant, elles ont chacune,  à un moment donné de leur vie, une décision à prendre, une décision qui influera sur la suite de leur histoire, elles n’ont pas le droit à l’erreur.

J’ai adoré ce bouquin,  je ne connaissais pas du tout cette auteure mais je suis sous le charme. 

Tatiana de Rosnay a qualifié ce roman de bijou, elle ne s’est pas trompée, Ce livre est un diamant brut que Sarah McCoy taille et polit tout au long des chapitres qui s’enchaînent pour nous faire découvrir toujours plus. J’aime son écriture limpide et fluide qui semble glisser et traverser le temps, tout doucement, sans faire de bruit. 

Cerise sur le gâteau, à la fin du livre, un petit lexique avec quelques recettes des pâtisseries d’Elsie, si ce n’est pas le bonheur, ça y ressemble !! 

Editions POCKET – ISBN 978-2-266-25006-1 – 507 pages 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s